Joseph VERNET

Lot 151
Aller au lot
Estimation :
200000 - 300000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 571 400EUR
Joseph VERNET
* JOSEPH VERNET
(AVIGNON 1714 - PARIS 1789)
LE MATIN
Toile.
97 x 132 cm
Signé et daté en bas à gauche Joseph Vernet / 1753.

Provenance :
Collection Ralph Howard, Shelton Abbey, Irlande;
Vente Comte de Wicklow, Shelton Abbey, Arklow (Me
Allen, Townsend,
Clarke Delahunt), 16 octobre - 3 novembre 1950, n°1647 ;
Vente anonyme, Londres, Sotheby's, 20 juin 1951, n°66, reproduit ;
Chez Cailleux, Paris ;
Vente anonyme, Paris, Drouot Montaigne (Mes Ader, Picard et Tajan),
22 novembre 1987, n°33, reproduit.
Bibliographie :
L. Lagrange, Joseph Vernet et la peinture au XVIIIe
siècle, Paris, 1864, n° C. 129 ;
F. Ingersoll-Smouse, Joseph Vernet, Paris, 1926, vol. 1, sous le n°393-396 ;
Catalogue de l'exposition Le siècle de Louis XV : peinture française de 1710-1774,
Toledo, Chicago, Ottawa, 1975-1976, cité sous le n°111 (notice de Pierre
Rosenberg) ;
Catalogue de l'exposition Claude-Joseph Vernet, Kenwood, 1976, cité sous
le n°49 (notice de Philip Conisbee).

Notre tableau est un des premiers tableaux que Vernet peint à
son retour en France, à Marseille ou à Aix, en 1753.
Il fait partie d'une commande de cinq tableaux passée par
Ralph Howard (1726 - 1786) en 1752. En 1751, comme tout
noble britannique, il décide de faire le Grand Tour et part en
Italie où il visite d'abord Turin, Florence et Rome qu'il quitte
en 1752 avant de se rendre à Venise et à Milan. A son retour,
Ralph Howard devient un politicien irlandais. Il est élu en 1761
député du comté de Wicklow avant d'être nommé au Conseil
privé d'Irlande en mai 1770. Il devient baron Clonmore le
12 juillet 1776, ainsi que vicomte Wicklow en juin 1785.
Grand mécène auprès de peintres anglais principalement mais
aussi auprès de peintre italiens et étrangers installés à Rome, il
fait appel à James Russel comme intermédiaire pour suivre ses
commandes. Parmi les artistes qu'il sollicite, nous pouvons citer
Joshua Reynolds, Richard Wilson ou encore Pompeo Batoni
qui peint son portrait en 1752 (aujourd'hui conservé au J. B.
Speed Art Museum, Louisville, voir A. M. Clark, Pompeo Batoni,
Oxford, 1985, n°165, reproduit pl. 155). C'est à Rome qu'il
demande à Joseph Vernet une Vue de Tivoli ainsi que la série
des Quatre parties du jour : Le matin, Le soir (conservé au Toledo
Museum of Art), Le midi et La nuit (aujourd'hui disparus et qui
ne figuraient pas dans la vente de Shelton Abbey).
Joseph Vernet s'installe en Italie en 1734, il s'établit à Rome
et voyage régulièrement dans le pays, notamment à Naples
où il trouve l'inspiration pour ses nombreuses marines.
Son mariage avec Virginia Parker en 1745 lui permet, par
l'intermédiaire de son beau-père Mark Parker, de travailler
régulièrement pour une clientèle britannique présente en Italie
dans le cadre du Grand Tour. Vernet reste à Rome jusqu'en
1753 avant de rentrer en France pour commencer à travailler
sur la série des Vues des ports de France que lui commande
Louis XV. Cette série de quinze tableaux représente les ports de
Marseille, Bandol, Toulon, Antibes, Sète, Bordeaux, Bayonne, La
Rochelle, Rochefort et Dieppe. Il commence cette série par la
représentation du port de Marseille et profite de son séjour dans
le Sud de la France pour peindre la série des Quatre parties du
jour en avril 1753 d'après les documents conservés par le comte
de Wicklow (voir P. Conisbee, opus cite supra). Vernet est en
1753 au sommet de son talent et de sa célébrité, il est un peintre
obligé du Grand Tour et seule une commande formidable du
roi de France a pu lui faire quitter Rome.

On renverra pour finir au commentaire de Pierre
Rosenberg sur Le Soir du Toledo Museum of Art, pendant
de notre tableau, lorsqu'il fut exposé en 1976 à Ottawa :
« il est un de ces magniques exercices de pure imagination, sans
lien direct avec aucun site connu, à la Claude, où les reets du
soleil couchant sur la mer et dans les voilures des navires sont
rendus avec une justesse d'observation qui confond. Vernet joue
du contraste entre le premier plan avec les silhouettes des pêcheurs
à contre-jour et l'immense étendue d'une mer et d'un ciel qui se
mêlent comme chez les maîtres hollandais des siècles précédents ».
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue